De l’enceinte Néolithique au sanctuaire romain : trois millénaires de pratiques cultuelles sur le Puy de Corent

Matthieu Poux, Université Lumière Lyon 2 & Pierre-Yves Milcent, Université de Toulouse-Le Mirail

De l’enceinte Néolithique au sanctuaire romain : trois millénaires de pratiques cultuelles sur le Puy de Corent (Puy-de-Dôme)

RESUME : Situé à une quinzaine de kilomètres au sud-est de l’agglomération de Clermont-Ferrand, le plateau de Corent est surtout connu en tant que siège d’un vaste oppidum occupé à la fin de l’âge du Fer, identifié au chef-lieu de la Cité arverne au début du 1er s. av. J.-C.

Les fouilles menées entre 2001 et 2011 à l’emplacement du sanctuaire qui occupe le centre du plateau et dans les quartiers d’habitat périphériques ont montré qu’ils s’organisent autour d’un vaste espace vide formé par un affleurement rocheux terrassé de main d’homme. Cet espace se mue, à la fin de l’époque gauloise, en un vaste complexe monumental, dont les différents pôles fonctionnels (lieu de culte, place de marché, édifice de réunion) s’organisent de façon cohérente, à la manière des places publiques méditerranéennes de type agora ou forum. Cette disposition sera reprise au début de l’époque romaine, avec la reconstruction du sanctuaire et d’un petit théâtre situé à l’emplacement de l’édifice d’assemblée gaulois, environnés de structures d’enclos et de bâtiments adventices qui se répartissent de manière ordonnée sur plusieurs hectares. La fouille des niveaux de sol préservés au sein de ce complexe a également montré qu’il s’implante sur une longue séquence d’occupation, échelonnée du Néolithique moyen au second âge du Fer et étendues sur les dizaines d’hectares qui constituent la partie basse du plateau.

Un vaste enclos circulaire daté du Néolithique moyen, dont les palissades parallèles large de plus de4 mont été reconnues sur une centaine de mètres à l’intérieur comme à l’extérieur du sanctuaire, se développe en périphérie de l’esplanade rocheuse qui forme la place d’époque laténienne. Ce périmètre a livré pas moins de 200 haches polies recueillies en prospection, marqueurs de prestige dont la fréquence semble incompatible avec l’hypothèse d’un espace exclusivement dévolu à l’habitat. L’importance symbolique du gisement s’illustre aussi par la  présence, au sommet du Puy, d’une sépulture collective formée d’une quarantaine d’individus.

A l’âge du Bronze, la vocation particulière assignée au plateau de Corent ne se dément pas. Les vestiges reconnus dans le sanctuaire et à ses abords comprennent un grand nombre de foyers et d’épandages céramiques, datés successivement du Bronze ancien, moyen et récent. Ils correspondent incontestablement à ceux d’un habitat, qui s’étend au début du premier millénaire (Bronze final 3a/3b) sur plusieurs dizaines d’hectares à l’intérieur et aux abords de l’enceinte néolithique. Ses marqueurs domestiques s’assortissent presque systématiquement de dépôts métalliques à caractère volontaire (dizaines de pièces d’armement et de char, haches, couteaux, bracelets ou épingles en bronze retrouvés intacts, parfois en association).

Aux 7e et 6e s. av. J.-C., le secteur du sanctuaire est encore occupé par une petite agglomération dont les unités domestiques ont été reconnues sur un ou deux hectares aux abords du sanctuaire. Au nord de cet habitat, un grand cercle funéraire d’une trentaine de mètres de diamètre, datable d’après sa forme de la fin de l’âge du Bronze ou du tout début de l’âge du Fer, a été repéré en photographie aérienne à moins de 200 m au nord du téménos laténien, environné d’autres tombes circulaires visibles sur les mêmes clichés.

Bien avant la fondation du sanctuaire et de l’oppidum environnant, le plateau de Corent a manifestement servi de cadre à des pratiques symboliques, collectives et/ou individuelles, qui se distinguent toutes époques confondues par la présence de dépôts et de marqueurs liés à la sphère religieuse et funéraire. Pour autant, il est impossible d’établir un véritable lien de continuité fonctionnelle entre ces manifestations récurrentes, qui sont séparées par d’importants hiatus et sont souvent associées à des vestiges d’habitat qui excluent l’hypothèse d’un site dédié exclusivement à ces pratiques. Elles procèdent plutôt d’un phénomène de rémanence (ou de persistance) de la charge symbolique attachée au plateau, qui a sans doute favorisé le développement d’agglomérations importantes, occupées par des populations à fort statut socio-économique.

Raphaël Golosetti

Professeur contractuel Université de Lille 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *