Mémoire longue, mémoire courte. La construction du pouvoir entre les Ibères de la Haute Vallée du Guadalquivir

Arturo Ruiz, Manuel Molinos, Carmen Risquez, Francisco Gómez et Carmen Rueda, Universidad de Jaén

Mémoire longue,  mémoire courte.  La construction du pouvoir entre les Ibères de la Haute Vallée du Guadalquivir

RESUME : Dans le tumulus du VIIe siècle avant J.C. de Cerrillo Blanco, Porcuna, 150 ans après sa fermeture, ils ont construit un monument avec presque 40 sculptures qui dépeignent la vie d’une lignée avec tous les éléments de son oikos mythique. Immédiatement après, avant le début du Ve siècle et du IVe siècle avant J.-C. le monument a été détruit. Dans le premier siècle avant J.C., à peine à vingt Km à l’est de Cerrillo Blanco, on fait l’enterrement d’un prince dans une chambre funéraire dans la nécropole de Piquiá, Arjona. Dans le trousseau funéraire, il y avait des objets du premier siècle de .n.e. et un ensemble de cratères à figures rouges de la fin du IV siècle avant JC.  Suite au nord de la vallée du Guadalquivir Haute, à Sierra Morena, il a été construit le sanctuaire de la grotte de Lobera à Castellar, dédié à une divinité féminine, comme plus à l’ouest Despeñaperros (Santa Elena), un autre sanctuaire. Dans les deux sanctuaires  ont été déposés des milliers  de petits bronzes. Les deux sites, qui ont duré jusqu’à l’arrivée de Rome, à la fin du IIIe siècle avant J.-C. avait réutilisé d’ancien lieux de l’âge du Bronze, c’est-à-dire du deuxième millénaire avant J.-C. dans le cas de Castellar et une zone de peintures rupestres du Néolithique-Chalcolithique dans le cas de Despeñaperros.
Avec ces quatre cas de l’archéologie des Ibères, nous avons l’intention de s’opposer l’appropriation du passé avec la mémoire à court et la mémoire à long terme, à savoir l’utilisation d’objets et de sites anciens dont leur séquence peut encore être contrôlée par le groupe social, mais après leur abandon, la réoccupation des sites antiques tels que les cavernes de Castellar ou Despeñaperros avec une occupation précédente datée d’au moins un millénaire auparavant, est impossible à inscrire dans le cadre d’un même groupe générationnel.

Cette différence entre la mémoire à court terme et la mémoire à long terme peut être interprétée comme l’opposition entre la mémoire de la lignée clientéliste propre aux principautés ibériques et la mémoire à long terme du clan qui dérive vers l’adoration des la divinité. Dans cette analyse, il est important d’observer la dialectique de ces deux rapports dans l’histoire de six siècles des Ibères du Haute Guadalquivir (S.VI à I BC).

Raphaël Golosetti

Professeur contractuel Université de Lille 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *