« On put voir l’Ebabbar, le formidable sanctuaire… » Eléments d’archéologie mésopotamienne

Catherine Breniquet, Université Blaise Pascal – Clermont II, EA 1001 – CHEC

« On put voir l’Ebabbar, le formidable sanctuaire… » Eléments d’archéologie mésopotamienne

RESUME :  Dans les années 80, les fouilles de Larsa, en basse Mésopotamie, ont permis la découverte d’une brique inscrite au nom de Nabuchodonosor (604-562 av. J.-C.), roi de Babylone, où le roi se vante d’avoir dégagé les murs de l’ancien temple de l’Ebabbar, dédié au dieu Shamash. Ce texte, découvert là pour la première fois in situ était connu de longue date par des fragments d’autres briques retrouvées en surface au XIXe siècle sur d’autres sites, mais plus récents et attribués à Nabonide (555-539 av. J.-C.). Les deux monarques font référence à de véritables pratiques archéologiques. Maintes fois commentées, ce texte vient souvent illustrer les chapitres consacrés à l’histoire de la discipline dans les manuels d’archéologie et l’on y insiste à juste titre sur la continuité de l’action royale et sa volonté de s’inscrire dans un passé prestigieux.

Toutefois, le texte va plus loin et les précisions qu’il fournit invitent à une lecture plus en profondeur que nous proposons de mener ici autour de plusieurs thèmes complémentaires : les modalités du dégagement, le recours à des « spécialistes », la continuité des temples (connue par notre archéologie) et l’archaïsme architectural qui s’ensuit, la manipulation du passé et du temps chez les anciens Mésopotamiens. Ainsi, cette communication pourrait prolonger les réflexions du colloque sur les pratiques de l’âge du Fer mais dans d’autres régions du monde et illustrer à la fois les points 2 (Relations entre cultes et mémoire) et 3 (Réoccupation de sites plus anciens).

Raphaël Golosetti

Professeur contractuel Université de Lille 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *