Stèles brisées, stèles épargnées : première approche des modalités de réemplois des monolithes du complexe héroïque protohistorique des Touriès…

Philippe Gruat, Service Départemental d’Archéologie de l’Aveyron

Stèles brisées, stèles épargnées : première approche des modalités de réemplois des monolithes du complexe héroïque protohistorique des Touriès (Saint-Jean-et-Saint-Paul, Aveyron)

RESUME : Le site des Touriès est un petit éperon rocheux des Avant-Causses du Saint-Affricain, de 0,4 ha de superficie, caractérisé par des falaises abruptes surplombant de110 m la confluence de deux ruisseaux, le Congonelet et de l’Annou, qui se jettent dans la Sorgues à4,5 km au sud-ouest. L’ensemble est situé à environ560 m d’altitude, au pied du Larzac qui le surplombe d’environ260 m, juste dans l’axe du cirque naturel de Saint-Paul-des-Fonts.

Les premières stèles protohistoriques, en conglomérat bréchique, ont été découvertes à l’occasion du défonçage d’une haie, installée sur un talus artificiel barrant partiellement le promontoire. Les bancs d’origine sont à rechercher dans la zone de confluence du ruisseau de l’Annou et de la Sorgues, au sud-sud-ouest du site. Ils impliquent un cheminement évalué entre 5 et10 kmavec près de150 mde dénivelé.

Depuis 2008, des fouilles programmées sont menées par le Service départemental d’archéologie du Conseil Général de l’Aveyron avec un financement du Ministère de la Culture et de la Communication (Service régional de l’archéologie de Midi-Pyrénées), le concours d’une équipe pluridisciplinaire et la collaboration de la famille Verlaguet, propriétaire des lieux.

Les premiers résultats enregistrés sur les2064 m²fouillés sont d’une importance scientifique de tout premier ordre. Pour la première fois en Gaule et bien au-delà, ces stèles ne sont pas de simples réemplois, plus ou moins symboliques, en milieu urbain ou domestique mais le résultat de manipulations particulières au sein de plusieurs aménagements successifs relevant manifestement de la sphère cultuelle et/ou funéraire. On peut donc tenter d’appréhender le contexte initial de ces monolithes dans le cadre d’un probable sanctuaire archaïque héroïque.

Le décapage d’une importante zone de l’éperon rocheux a livré 28 fosses aménagées dans le socle. Toutes ces structures en creux semblent réalisées durant le Premier âge du Fer (VIIIe-VIe s. av. J.-C.). Plusieurs sont encore munies d’un calage comparable à celui des stèles 13 et 21 encore fichées en place et associées à des structures, et ce pour la première fois dans le Midi de la France. Leur répartition ne dessine aucun plan cohérent de bâtiment mais au moins trois alignements Il est plus que vraisemblable que ces derniers mettaient véritablement en scène les monolithes, en jouant sur le relief, les perspectives et l’environnement immédiat du site, fortement conditionné par le cirque naturel de Saint-Paul-des-Fonts.

Les fouilles, toujours en cours, ont également permis de mener à bien le décapage extensif d’un vaste podium composite qui barre l’éperon rocheux lors des dernières phases d’occupation du site. L’ensemble, réalisé en plusieurs temps tout au long du Ve s. av. J.-C., se développe sur près de50 m de long, selon un axe nord-est/sud-ouest (35° E), sur9 m à15 m de large. Il réemploie de manière particulière de nombreux fragments de stèles en grès ou en conglomérat bréchique. Certaines sont consciencieusement réutilisées en parement, manifestement au sein d’un imposant portique, afin d’être exposées en veillant à leur intégrité alors que d’autres, au contraire, sont dissimulés dans la pierraille des divers aménagements, après avoir été volontairement brisés en une multitude de fragments. Au total, on dénombre au terme de la campagne 2011 près de 23 000 éléments appartenant au moins à une quarantaine de stèles ou de piliers représentant un poids estimé de plus de 5 tonnes !

Plusieurs exemplaires mutilés semblent avoir été volontairement « tronçonnés » afin d’obtenir des fragments encore munis de deux à quatre faces égrisées, mais de hauteur nettement inférieure à leur épaisseur. Parmi ces éléments brisés figurent, entre autres, au moins deux fragments de couvre-chef de type Sainte-Anastatie et deux extrémités de « feuille de gui » se rapprochant de la coiffe du Glauberg ou des têtes de « l’Hermès » bicéphale de Roquepertuse. Ces éléments de statuaire, pour le moins remarquables, impliquent une chronologie ample, allant du VIIIe ou du VIIe s. av. J.-C. pour les premiers, au Ve s. pour les seconds, en adéquation avec celle fournie par le mobilier et les datations 14C du site. Plusieurs générations de stèles et de statues se sont donc succédées.

Quelques pièces osseuses et de dents humaines, non brûlées et isolées, montrent deux concentrations préférentielles liées exclusivement, pour l’instant, au monument B constituant le noyau le plus ancien du podium de pierre. Elles appartiennent à quatre sujets. Leur répartition stratigraphique, dépourvue de toute connexion anatomique, indique qu’il s’agit soit de dépôts funéraires plus anciens perturbés par l’édification du monument B (portique), soit de dépôts à caractère rituel (reliques ?) lors de l’édification de ce dernier. Seule la poursuite de la fouille permettra de répondre aux nombreuses interrogations que ne manquent pas de poser ces premiers résultats.

Raphaël Golosetti

Professeur contractuel Université de Lille 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *