Un site mégalithique sanctuarisé et ses tombes à incinération de l’âge du Fer : Saint- Bauzille…(34)

Jean Gascó, CNRS, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes, Michel Maillé, membre associé, UMR 5608 TRACES

Un site mégalithique sanctuarisé et ses tombes à incinération de l’âge du Fer : Saint- Bauzille, Les Verreries-de-Moussans, (Hérault)

RESUME : Le site de Saint-Bauzille qui est en cours de fouille est situé à l’emplacement d’un col sur une ligne de crête orientée est-ouest appelée « Avants-Monts ». Il est situé à la charnière entre la Montagne Noire, le Midi  méditerranéen et le massif du Somail. Le site comprend deux menhirs couchés,  à ce stade de la recherche indatables. Ils s’insèrent cependant dans une paysage fort de très nombreux mégalithes et de statue-menhirs datant de la fin du Néolithique. Le site de conformation classique dans la région a livré à ce jour trois tombes à incinération, datées par leur mobilier du VIe au Ve siècle av. J.-C. Cette nécropole de l’âge du Fer surprend par la richesse des dépôts métalliques des sépultures qui contraste cependant par l’absence de vases d’accompagnement tel qu’on peut les rencontrer fréquemment dans la plaine. Parmi ces trois sépultures la première découverte est très exceptionnelle par la quantité et l’assemblage du mobilier mis au jour. Des armes, des parures et des objets de service à libation signalent la présence d’au moins un individu dont le statut social est peu commun. Un fléau de balance et une pierre de touche renvoient probablement à la fonction particulière du défunt dans une région de  mines de fer et de gîtes métallifères. Ce type de tombe est régionalement généralement découvert isolée, hors de contexte de nécropole.

Placée au pied du Roc de Saint-Bauzille la nécropole a également livré un mur de pierres sèches et torchis qui comporte une série de dalles gravées en réemploi. Il n’est pas encore daté et pourrait appartenir à une construction plus importante. On peut noter enfin la présence sur le site de tessons antiques, notamment de la vaisselle sigillée, celle-ci confirmant une réoccupation des lieux au 1er siècle ap. J.-C. Le site sanctuarisé semble avoir, sur une longue durée, conservé une forte charge symbolique et émotionnelle. Son emplacement  marque les limites d’un territoire ou d’une zone d’influence. Il illustre sans doute à l’Age du fer l’importance de groupes humains fortement hiérarchisés qui s’inscrivaient dans  les réseaux d’échanges commerciaux entre Méditerranée et Atlantique, comme le montrent les nécropoles et les habitats contemporains.

Raphaël Golosetti

Professeur contractuel Université de Lille 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *